Distributeur indépendant d'Aloe vera pour chevaux
Dominique Maleyran

L’Aloe Vera Gel ; un remède de cheval ?

La vétérinaire Dominique Maleyran est consultante régulière de l’organisation Forever en France. Au cours de sa carrière professionnelle, elle a fait l’expérience de l’effet positif de différents produits à l’aloe vera sur de nombreux animaux. Dans cet article, elle décrit ses recherches et expériences de l’aloe vera chez les chevaux.

De nombreuses plantes, dont l’aloe vera, présentent des propriétés anti-inflammatoires et cicatrisantes à visée digestive. Différentes études ont déjà démontré l’intérêt de cette plante dans la gestion de certaines affections inflammatoires digestives. Notre confrère vétérinaire anglais, David Urch, également auteur célèbre, utilise depuis des années l’Aloe Vera Gel sur les chevaux de course ayant des problèmes gastriques. « Un problème courant » Les problèmes de digestion chez les chevaux sont très fréquents et pas moins de 60% des chevaux de course en sont atteints. Les signes cliniques que nous observons en tant que vétérinaires sont souvent vagues et peu spécifiques : perte de poids, troubles du comportement avec parfois une certaine agressivité, nervosité, bâillements, grincements de dents et plus rarement des coliques discrètes. Très souvent, la baisse des performances est le seul symptôme. Dans notre clinique vétérinaire, nous voyons souvent qu’un ulcère est à l’origine des problèmes digestifs du cheval.Pourquoi les chevaux ont-ils si souvent des problèmes de digestion ?

L’une des caractéristiques les plus frappantes de l’estomac du cheval est sa petite taille par rapport à l’animal lui-même et la quantité de nourriture consommée quotidiennement. Normalement, le comportement alimentaire des chevaux adultes au pâturage ou des poulains non sevrés est de manger sur une base quasi continue. L’intérieur de l’estomac du cheval est formé de deux parties principales, une grande région non glandulaire occupant le fond de l’estomac et une partie du corps de l’estomac et une région glandulaire, qui comprend les zones cardiaque (du cardia), gastrique et pylorique. Elles sont séparées par une ligne suturale, la margo plicatus, le long de laquelle se développent principalement les problèmes d’estomac. L’acide chlorhydrique représente le principal facteur intrinsèque favorisant les lésions de la muqueuse. Les cellules glandulaires de l’estomac sécrètent cet acide de façon continue. Le PH mesuré du contenu gastrique du cheval varie selon le comportement alimentaire : il est inférieur à 2 (donc très acide) sur les chevaux à jeun et supérieur à 6 sur les chevaux nourris. Les mécanismes protecteurs les plus importants contre l’ulcération de la muqueuse sont la couche de mucus riche en bicarbonates, le débit sanguin de la muqueuse gastrique et la restauration cellulaire.

Ces bases élémentaires expliquent à elles seules que les facteurs d’élevage des chevaux de compétition avec en particulier des repas fractionnés et donc un estomac souvent “vide” favorisent les irritations de la muqueuse gastrique par l’action de l’acide chlorhydrique et d’autres sucs digestifs comme la pepsine. Par ailleurs, sachez qu’il n’y a pas de sphincter pylorique chez le cheval et que donc les reflux du duodénum dans l’estomac sont normaux. L’alimentation déshydratée, granulés et fourrage sec, augmente aussi l’irritation mécanique de la muqueuse et mobilise la sécrétion de mucus.

Les traitements classiques:

Le traitement actuel classique le plus efficace est un antiacide, prescrit par un vétérinaire sur une durée de 4 semaines. Le traitement à dose optimum coûte entre 30 et 40 euros par jour. Ce traitement doit également être interrompu au minimum six jours avant une compétition dans la mesure où selon les lois anti-dopage, il peut être considéré comme dopant.

Résultats des études que nous avons menées en France

L’Aloe Vera Gel peut, comme nous l’avons vu précédemment, être utilisé chez les chevaux ayant des problèmes gastriques. Lisez ci-dessous mes explications des prescriptions expérimentales d’Aloe Vera Gel sur le traitement de problèmes d’estomac spécifiques tels que les ulcères gastriques.

Protocole expérimental:

Nous avons soumis en France notre projet à une structure de recherche en médecine équine sportive, Equi–Test, dirigée par Claire Leleu, Docteur vétérinaire. Avec elle, nous avons défini et finalisé le protocole et avons commencé le projet de recherche. 12 chevaux de course, 8 trotteurs et 4 galopeurs issus de 6 centres d’entraînement différents et recrutés sur la base des signes d’appels évoqués plus haut. Une première fibroscopie est réalisée pour mettre en évidence des lésions ulcéreuses et un enregistrement vidéo est réalisé pour chaque cheval. Certains sont mis tout de suite sous Aloe Vera à raison de 100 ml par cheval matin et soir, à distance du repas de granulés, pendant 3 semaines.

Certains chevaux servent d’abord de témoins et ne reçoivent aucun traitement pendant trois semaines. Les conditions environnementales sont maintenues strictement identiques pendant tout le protocole : alimentation, niveau d’entraînement, fréquence des compétitions. Au bout de 3 semaines, une fibroscopie est à nouveau réalisée avec enregistrement et les chevaux qui n’avaient pas reçu d’Aloe en prennent 200 ml par jour pendant 3 semaines.

Ceci nous permet d’obtenir 16 cas cliniques à partir de 12 chevaux. Pour chaque cheval, des plages de 1 minute, les plus représentatives, ont été sélectionnées sur chaque enregistrement et gravées sur un DVD. Elles sont ensuite visionnées dans un ordre aléatoire par quatre vétérinaires spécialisés en endoscopie équine.

Conclusion de notre recherche :

En résumé : 8 chevaux sur 11 finalement traités ont présenté une amélioration de la muqueuse gastrique, soit plus de 70 %. Sur les 3 cas d’échec, les chevaux ont été contrôlés en gastroscopie, 3 jours après une course ; le stress important induit par la compétition peut donc être à l’origine de ces résultats. Sur le lot témoin, aucune différence constatée sur les lésions de la muqueuse, voire une légère aggravation, ce qui confirme que les lésions ne guérissent pas spontanément si les chevaux sont maintenus dans le même environnement. Cette étude préliminaire confirme l’intérêt de l’Aloe Vera en supplémentation nutritionnelle lors du traitement de problèmes digestifs tels que les ulcères gastriques chez le cheval.

L’utilisation de l’Aloe Vera Gel présente encore d’autres avantages : Il n’est pas considéré comme dopant, son coût est très inférieur au traitement habituel à base de médicaments et peut être utilisé à demi dose en préventif et en synergie avec le traitement classique.

Conseils pour un bon résultat : Ne commencez JAMAIS de votre propre initiative. Veillez à ce qu’à chaque traitement d’ordre médical, un vétérinaire soit TOUJOURS consulté.